Résultat de votre recherche

Viv(r)e les grandes chaleurs à Paris ! Le cauchemar !

Posté par the_real_admin le 12/07/2022
4 commentaires

Les grandes chaleurs de l’été sont de retour ! T-shirts et shorts sont de sortie pour accueillir la période estivale. Mais vivre cette hausse de température n’est pas facile, surtout dans un appartement parisien. Les canicules sont dures à vivre mais sont encore plus difficiles dans la capitale que dans le reste de l’Ile-de-France.

 

La forêt, les parcs connaissent des températures plus basses. Les banlieues pavillonnaires connaissent également ce même phénomène que l’on nomme «  îlot de chaleur urbain ». Le béton, le bitume sont autant de matériaux de couleurs sombres qui absorbent le plus la chaleur. En concentrant cette chaleur, ils la libèrent la nuit et ne permettent pas de refroidir l’atmosphère. Ce constat est d’autant plus vrai en temps de canicule.

Bien évidemment, la circulation de l’air est moins facile dans des espaces de hauts immeubles et proches. Les espaces verts et naturels permettent aussi de créer des espaces ombragés. L’ISYEB (Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité, Muséum national d’Histoire naturelle, Sorbonne Universités) nous explique également que les arbres qui connaissent une évapotranspiration permettent aussi de rafraîchir les rues.

Il est évident que la capitale semble bien en retard dans ces domaines climatiques. La Société de livraison des ouvrages olympiques (SOLIDEO),  a missionné des équipes de recherche afin de poser un diagnostic clair sur le climat du futur village olympique. L’étude a démontré qu’un boulevard végétalisé à fortiori plus large de 300 m permettrait de réduire de 5 à 10°C les températures à la surface des végétaux et de l’air si les pluies avaient été importantes auparavant. 

 

Un air plus vert en Ile-de-France

Le  Laboratoire d’écologie urbaine du CNRS donne un chiffre significatif.  Les 14m2 d’espace vert par parisien contre 21m2 à Berlin, sont bien maigres pour faire respirer la capitale.

Le département des Yvelines quant à lui appelé « poumon vert de l’Ile-de-France » se présente sous un jour meilleur en termes de fortes chaleurs. Les Yvelinois peuvent en effet profiter de près de 68 000 hectares de forêts soit environ 30 % de la surface totale du département. 

Grâce à l’évapotranspiration des arbres, les habitants vivent donc mieux les grandes chaleurs que leurs voisins parisiens. Un écart fort entre les deux territoires, ce qui représente une véritable divergence : Aude Lemonsu, chargée de recherche CNRS à Météo-France précise même qu’ “En condition de canicule, le phénomène peut doubler en intensité et atteindre 8°C de différence” la nuit non seulement en terme de ressenti mais aussi en termes de température réelle. En moyenne annuel, l’écart dépasse les 2,5 °C.

Une différence qui sera d’autant plus dure à vivre, compte tenu du réchauffement climatique. Les hautes températures vont non seulement augmenter mais aussi devenir plus fréquentes.

Une situation de moins en moins supportable pour les citadins, ce qui explique le raz-de-marée vers les fontaines d’eau ou les restaurants climatisés parisiens. Un embouteillage que vous ne connaîtrez pas en Ile-de-France.

Et en dehors des chaleurs supportables, rien de tel que profiter d’une terrasse ensoleillée dans le jardin, plutôt qu’un petit balcon exigu en plein Paris ! Vous pourrez bronzer en toute tranquillité et profiter de votre barbecue, vos enfants pourront faire de la balançoire. Et pourquoi ne pas vous rendre dans les piscines de plein-air présentes partout dans la région ? L’été et le printemps deviendront pour vous les meilleures saisons !  

Trouvez le logement qui pourra vous faire profiter le plus de la saison printanière et estivale, sur mieuxqueparis.com

 

Thomas Guidal

MQP - infographie

Comparer les annonces