Résultat de votre recherche

Hausse du montant des apports individuels, les records de 2023

Posté par thomas le 01/12/2023
0

 

Cette année est particulière pour le marché immobilier. Bien que la hausse des taux d’intérêt semble se terminer, on assiste à une augmentation gargantuesque du montant moyen des apports individuels requis pour l’achat d’un bien immobilier. Les chiffres énoncés par le courtier Finance conseil en sont la preuve. Relayés par BFMTV immo, on apprend que le montant des apports individuels est dorénavant égal à 72 000 euros en moyenne. Il serait quatre fois supérieur en Ile-de-France et serait donc égal à 288 000 euros. Si Paris a toujours été plus cher que les autres villes, cette différence reste conséquente, peut-être trop conséquente. 

 

Cet apport n’est pas le seul critère qui détermine si un acheteur peut recourir à un crédit immobilier. En effet, son salaire mensuel est lui aussi pris en compte. Aussi, BFM immo a communiqué un exemple criant pour illustrer ce propos. Si l’emprunt désiré est à hauteur de 300 000 euros, il faudra à son acquéreur, un salaire de 5300 euros. On observe donc une hausse de 1000 euros, ou de 23% du montant de 2022. Europe 1 rappelle que le salaire médian en France est de 2000 euros. De même, la directrice juridique de Finance conseil évoque à la radio l’exemple d’un foyer gagnant 4000 euros par mois, “Effectivement, on ne va pas pouvoir emprunter plus de 230 000 euros. Il va falloir mobiliser sinon davantage d’apport pour baisser le montant de crédit nécessaire”. 

 

On aperçoit alors un paradoxe. Il faudrait un salaire mensuel au dessus de 5000 euros pour un bien aux environ de 300 000 euros ou le montant de l’apport demandé sera plus élevé. Or en Ile-de-France, le prix de l’immobilier moyen au m2  est de 5 970 euros. Autrement dit, un logement d’une cinquantaine de m2 serait égal ou supérieur à 300 000 euros. On peut donc en conclure que de nombreuses personnes sont concernées par ces montants. Pourtant on le rappelle, la majorité ne gagnent qu’aux alentours de 2 000 euros par mois. 

 

Obtenir un apport aussi colossal reste alors tout autant inaccessible pour un salaire en dessous de 5300 euros. 

Vous l’aurez compris, l’accès à la propriété pour les primo accédants est donc quasiment impossible. En cela réside tout de même un soupçon d’espoir. Effectivement, les conséquences de ces restrictions épurent largement les candidats à l’accès au crédit immobilier. Comme nombre d’entre eux ne parviennent pas à remplir toutes les conditions pour devenir emprunteurs, la demande est en baisse ce qui conduit à son tour à une baisse des prix du marché immobilier.

 

Avec la hausse des restrictions quant à l’accès des emprunts immobiliers, il reste toujours plus attractif d’acheter hors de Paris. Pour cela, vous pouvez vous rendre sur MieuxqueParis.com afin de trouver le bien qui vous correspond en région parisienne.

 

Comparer les annonces